L’installation de balises K5B : où les implanter ?

La signalisation de chantier regroupe une large gamme de panneaux de signalisation et de balisage, dont fait partie le piquet de chantier K5B ou K5B.

On voit par exemple ce petit panneau rouge et blanc sur le bord de nos routes ou sur des chantiers privés, dans le but de délimiter une zone ou de servir d’indication d’un danger potentiel.

Et si l’on peut penser que ces piquets sont placés un peu de façon aléatoire, ils doivent en fait être positionnés de sorte à assurer la sécurité de toutes les personnes qui travaillent sur le chantier ou qui passent à proximité. Nous avons donc décidé d’expliquer plus en détail de quelle façon doivent être placées ces balises et dans quelles circonstances on les rencontre.

Quelles sont les situations pouvant requérir la mise en place des panneaux k5b ?

Les piquets K5B sont des panneaux de position : ils ont ainsi pour objectif d’indiquer un danger pour les usagers de la route. Il peut s’agir de travaux en cours sur le bord de la route ou encore d’une zone rendue dangereuse à cause d’un événement naturel. Ces balises sont aussi implantées lorsqu’il est nécessaire de délimiter la chaussée et d’inciter les usagers à ralentir et/ou à revoir leur trajectoire. Cela peut survenir lorsque l’accotement est particulièrement dénivelé ou lorsque la chaussée est rétrécie pour une quelconque raison. Leur utilisation reste limitée à un usage temporaire, et ne peut constituer une signalisation pérenne. C’est d’ailleurs pour cette raison que ces piquets sont faciles et rapides à poser et à enlever.

Voici quelques exemples concrets de leur utilisation :

  • arbre tombé le long de la route ;
  • bord de chaussée endommagé suite à un accident de la route ;
  • effondrement de l’accotement après un épisode de forte pluie ;
  • balise d’intersection endommagée ;
  • travaux d’entretien de la chaussée ;
  • construction immobilière à proximité immédiate de la voie de circulation ;
  • travaux d’assainissement au bord de la route, etc.

Mais ce type de balise n’est pas uniquement installé sur l’espace public et ne concerne pas toujours la voirie. En effet, elles peuvent également être implantées sur des chantiers privés ou dans des espaces publics comme les parcs et jardins ; on les appelle d’ailleurs communément « piquets de chantier ». Elles servent alors à délimiter une zone à laquelle ni les engins de chantier, ni les personnes ou les véhicules ne doivent accéder, soit parce que cela pourrait être dangereux, soit pour permettre aux agents de travailler en toute tranquillité.On pense par exemple à des situations comme des trous creusés pour installer des canalisations, des zones de démolition, des espaces qui viennent d’être bétonnés et nécessitent un temps de séchage, etc. Dans ces cas, elles peuvent être agrémentées d’un autre équipement (accessoires comme la rubalise ou le filet de chantier), pour créer une zone bien délimitée et empêcher le passage des personnes non autorisées.

Où sont implantées ces balises sur la chaussée et les zones de danger ?

Contrairement à un panneau K5C possédant un socle ou à un cône à poser directement au sol, les balises K5B ont la forme de piquet. Leur extrémité pointue leur permet donc d’être enfoncées dans le sol, généralement à l’aide d’un marteau. Grâce à sa pointe biseautée, il est tout à fait possible de les installer sur la route ou tout autre espace goudronné ou sol caillouteux.

C’est pourquoi les piquets K5B sont généralement positionnés sur le bord de la route. Pour garantir une installation fiable et ne pas risquer qu’ils ne tombent, il faut donc choisir précautionneusement la zone d’implantation, tout en gardant à l’esprit que leur emplacement a pour but de prévenir les usagers pour assurer leur sécurité. Cela explique aussi pourquoi on retrouve peu ce type de panneau en milieu urbain ou aux abords des autoroutes, mais plutôt le long des routes nationales, départementales ou communales.

Les panneaux K5B sont placés à l’endroit exact du danger : ils indiquent la position de la zone à risque, mais ne servent pas à avertir les véhicules en amont. Les piquets sont donc parfois complétés par d’autres panneaux de signalisation routière, à quelques dizaines de mètres. Il peut s’agir de panneaux avec une indication de chantier en cours, de limitation temporaire de vitesse, de chaussée rétrécie, d’interdiction de dépasser un autre véhicule, d’un marquage au sol, de signaux lumineux, etc.

Il est par ailleurs important de noter que les piquets doivent être de préférence placés entre la chaussée et le danger. Ils ne font pas uniquement office d’avertisseurs, mais constituent aussi une sorte de barrière (visuelle, plus que physiquement contraignante) pour empêcher les conducteurs de s’approcher de la zone jugée dangereuse. Mais attention : la balise ne doit pas elle-même devenir un danger ! Placée trop proche de la voie de circulation, sans aucun avertissement préalable, elle risquerait de surprendre les automobilistes, voire de les obliger à donner un coup de volant ou à ralentir trop brusquement.

L’implantation des piquets K5B peut aussi dépendre de leur conception et des usagers concernés par le danger. En effet, s’il faut avertir du danger les usagers des deux voies de la route, il faudra s’assurer que le piquet est bel et bien visible pour les véhicules arrivant d’un côté comme de l’autre, en utilisant une balise double face.

Quelle réglementation pour la pose des piquets k5b ?

Il existe peu de règles très précises au sujet de l’utilisation et de l’implantation du balisage K5B. Des instructions ministérielles, suivant l’arrêté du 6 novembre 1992 plusieurs fois modifié depuis, donnent tout de même quelques indications. On retient notamment que l’installation de balises K5B est recommandée (voire obligatoire) dans le cadre de dangers temporaires et de chantiers fixes. On parle plus particulièrement des « dangers et chantiers sur accotement » et des « délimitations de chantiers et des rétrécissements de la chaussée ».

En revanche, on trouve peu de recommandations bien spécifiques aux piquets K5B quant à leur implantation sur les zones dangereuses. Des règles plus générales au sujet de la signalisation routière de position permettent d’en savoir plus sur ce que dit la loi à ce sujet :

  • les piquets K5B doivent être placés à l’endroit qui nécessite une protection ou au début de la zone concernée ;
  • aux abords de la chaussée, les balises K5B s’intègrent généralement dans un ensemble de dispositifs qui visent à garantir la sécurité (signalisation d’approche et signalisation de fin de chantier) ;
  • les balises K5B peuvent être implantées en guise de signalisation d’urgence, lorsqu’un événement imprévu rend la chaussée risquée, mais doivent au plus vite être complétées par tous les autres panneaux de signalisation de danger.

Pour savoir où poser des balises de type K5B, le plus simple est donc de se référer aux règles concernant la signalisation de chantier. Le bon sens est aussi de mise, afin de pouvoir adapter l’emplacement des piquets aux conditions. En effet, chaque zone de danger temporaire ou de chantier est différente et doit être étudiée avant de décider d’installer des balises à tel ou tel endroit et de choisir entre un équipement de classe 1 ou de classe 2.

Voir notre guide d’achat des piquets de chantier.

QUI SOMMES-NOUS?

Vous souhaitez en savoir plus sur nous, sur notre savoir-faire et où nous fabriquons nos produits ?

A propos

PIQUETS ET BALISES K5B

SUIVEZ NOUS SUR LINKEDIN

Notre entreprise

Notre PDG

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de conseils sur nos produits ? N'hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis de vous aider.

Contact