Les différents types de balises routières et les balises K5C

Les balises de signalisation routière couvrent tous les dispositifs que l’on implante sur la voirie afin de guider ou alerter les usagers d’un risque donné.

Le risque en question peut être classé comme linéaire ou temporaire. Les balises de signalisation routière suivent une classification par fonction.

Elles peuvent signaler une intersection, des virages, servir à guider les véhicules ou les piétons et posséder un rôle d’alignement, comme dans le cas de la balise k5c, le long des zones de danger et des chantiers.

Comment sont classées les balises routières et la balise k5c ?

Les balises routières relèvent de la signalisation routière. En France, elles sont codifiées J ou K. Elles peuvent être classées selon leur :

  • fonction (virages, intersections, alignement, guidage) ;
  • nature (souples ou rigides) ;
  • usage (linéaire ou ponctuel).

Elles se présentent sous forme d’équipements placés sur les routes afin d’indiquer un danger ou risque et orienter les usagers (véhicules, piétons, etc.) l’itinéraire à suivre. De ce fait, elles sont conçues et fixées de façon à préserver les carrosseries des véhicules en cas de choc. Les matériaux utilisés pour la conception de ces balises sont principalement le le polyéthylène haute densité (PEHD), polycarbonate, ou l’acier. Le support permettant de fixer ces signaux est souvent fabriqué en acier galvanisé à chaud (pour éviter la corrosion).

Le balisage de type J fait partie des panneaux de signalisation de danger. La signalétique de danger regroupe également les panneaux de type A (pour les dangers courants) et G (pour la signalisation des passages à niveau). Les signaux de type J sont au nombre de 13. Il s’agit de balises permanentes.

La balise K5C fait partie des balises dites temporaires. La signalétique de type K fait partie des balises qui sécurisent une zone de chantier ou d’accident (chantiers, inondations, etc.). Cette catégorie de panneaux permet de signaler le début et la fin de travaux, une déviation, le rétrécissement d’une voie ou de réguler la circulation. La balise K5c est celle qui permet de délimiter un chantier ou une zone de danger ou tout autre obstacle temporaire. Les usagers de la voie publique sont amenés à changer de comportement en leur présence (ralentissement, vigilance, etc.).

Quelles sont les différentes balises routières permanentes ?

Les balises routières de type J sont permanentes. De ce fait, elles représentent des dispositifs fixes véhiculant des messages constants contrairement à la signalisation dynamique ou temporaire. Elles se distinguent de par leurs rôles, formes et matériaux. Les balises de signalisation de type J utilisées en France sont :

  • J1 : elle sert à matérialiser le tracé extérieur des virages pouvant ne pas apparaître clairement aux automobilistes. Sa couleur est blanche et porte à sa tête une bande rétroréfléchissante blanche également de classe 2. Elle possède un diamètre de 200 mm et sa hauteur est de 1300 mm lorsqu’elle est placée sur un accotement et de 550 mm quand elle est fixée sur une barrière de sécurité métallique ;
  • J1 bis : il s’agit d’une balise J1 dédiée aux zones fréquemment enneigées. Sa particularité est de porter une bande rétroréfléchissante de couleur rouge au lieu d’une bande blanche. Ses règles d’implantation restent les mêmes que celles dédiées à la balise J1 ;
  • J3 : l’objectif de ce balisage est de matérialiser une intersection hors agglomération et hors carrefour à sens giratoire (et ce, pour tout régime de priorité établi). Sa forme est cylindrique avec un diamètre de 200 mm avec une hauteur sur accotement de 1300 mm ou de 800 mm si elle est implantée sur une barrière de sécurité latérale. Sa couleur est blanche et comporte une bande rétroréfléchissante (de classe 2 lorsqu’elle est en rase campagne) ;
  • J4 : cette balise sert à compléter la balise J1 dans les virages lorsqu’elle est sous sa forme multichevrons et de la remplacer lorsqu’elle prend sa forme monochevron. La hauteur de cette balise peut prendre les valeurs 400, 600, 800 ou 1000 mm en fonction de la route où elle est placée (autoroutes, routes bidirectionnelles, routes à chaussée séparée, etc.). Sa forme est rectangulaire (horizontale) quand elle est sous sa forme multichevron et carrée en monochevron. Elle porte des chevrons blancs sur fond bleu ;
  • J5 : elle signale le nez d’un îlot directionnel à contournement par la droite. Sa forme est carrée et ses dimensions varient (350, 500, 700 et 900 mm) en fonction du type de route ;
  • J6 : elles permettent d’accompagner un marquage permanent en assurant un guidage latéral continu sur une chaussée. Sur les autoroutes, leur coût peut devenir excessif, elles sont remplacées par des jalonneurs de type J16. Elles possèdent une forme trapézoïde et une hauteur de 1 m au-dessus de l’accotement. Elle est blanche et porte un catadioptre blanc surmontant elle-même une bande noire oblique ;
  • J7 : il s’agit d’un manche à air signalant la force et la direction du vent aux usagers de la route ;
  • J10 : la particularité de cette balise est qu’elle est constituée d’un ensemble de trois balises. Ce qui différencie ces trois balises est le nombre de bandes rouges obliques sur fond blanc qu’elles portent (1, 2 ou 3). Elles permettent d’indiquer la distance qui sépare l’usager d’un passage à niveau. À 3 bandes, elle indique une distance de 150 m avant un passage à niveau, à 2 bandes, 100 m et à 1 bande, 50 m. En agglomération, elle sera placée uniquement à proximité des passages à niveau automatiques ;
  • J11 : elle peut servir à guider et canaliser le trafic et la circulation, à dissuader ou empêcher les manœuvres dangereuses. Sa forme est cylindrique et sa hauteur n’excède pas les 85 cm ;
  • J12 : elle renforce un marquage permanent des divergents. Elle possède les mêmes caractéristiques physiques que la balise codifiée – J11, mais elle est de couleur verte ;
  • J13 : son rôle est de signaler un obstacle. Elle possède une hauteur de 1,2 m et des bandes bleues et blanches rétroréfléchissantes ;
  • J14a et J14b : celles-ci signalent la position des divergents. Leur taille (normale ou petite) variera en fonction du type de route.

Quelle est la particularité de la balise k5c ?

La balise portant le code K5C se distingue des balises J du fait d’être une balise temporaire contrairement aux balises de type J que l’on retrouve de façon permanente. La signalisation codifiée K5C est utilisée pour délimiter les zones de danger et les chantiers. Elle est appelée balise d’alignement. Elle permet de mettre en place une barrière physique entre usagers des voies publiques (véhicules, piétons, etc.) et agents de chantier ou employés et fonctionnaires intervenant sur une zone de danger. Les panneaux K5C varient des balises de type J par les matériaux qui les composent. Une balise K5C est un panneau rectangulaire vertical en métal ou en polyéthylène haute densité.

En conclusion, la signalétique de type J et la balise K5C font partie toutes les deux des balises de signalisation routière. Elles ne sont pas de même nature (caractéristiques physiques différentes) et ne remplissent pas les mêmes fonctions (la K5C étant utilisée dans un cadre temporaire).

Voir notre guide d’achat des balises K5C.

QUI SOMMES-NOUS?

Vous souhaitez en savoir plus sur nous, sur notre savoir-faire et où nous fabriquons nos produits ?

A propos

PANNEAUX ET BALISES K5C

SUIVEZ NOUS SUR LINKEDIN

Notre entreprise

Notre PDG

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de conseils sur nos produits ? N'hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis de vous aider.

Contact