Les différents matériaux utilisés pour la fabrication des barrières de regard

Les barrières de regard extensibles sont essentielles pour protéger les usagers des voies publiques et les travailleurs lors d’interventions au niveau des chambres télécoms ou des ouvertures de canalisation au sol. Vous désirez en acquérir dans le cadre de travaux ou de chantiers ? Ou êtes-vous plutôt dans la revente de matériel de chantier et souhaitez proposer du matériel de qualité à vos clients ? Ou vous intéressez-vous à cet équipement de balisage en qualité de responsable d’achat de matériel pour les collectivités ?

Le choix de vos outils de balisage regroupe certainement différents critères : conservation, solidité, rentabilité, coût, etc. La barrière de regard extensible existe en différents modèles : en acier ou en aluminium. Sur quels critères se baser pour les choisir ? Quels sont les matériaux utilisés dans leur fabrication et pourquoi ? Comment s’assurer de leur durabilité ? Quelles informations demander à votre fournisseur ou fabricant de barrières de sécurité lors de l’établissement du devis ?

Nous répondons ici à toutes ces questions pour vous aider à mieux choisir vos barrières de regard.

Pourquoi s’intéresser au matériau de fabrication des barrières de regard ?

Les barrières pliables de regard, appelées également barrières de regard extensibles ou télescopiques, servent à baliser une surface ouverte au sol. Le danger signalé peut être un trou au niveau d’un trottoir, une ouverture de canalisation (égout), des chambres télécoms. Elles servent à protéger les piétons, les agents BTP ou télécom en signalant la présence d’une ouverture au sol.

Les barrières de regard peuvent être utilisées en intérieur au sein des sites industriels, dans les hangars, les usines, les garages. À l’extérieur, elles peuvent être utilisées sur les trottoirs au niveau des bouches d’égout ou dans les zones de chantier. Ainsi et par leur fonction, les garde-fous extensibles sont exposés aux :

  • intempéries (pluie, neige, gel, etc.) ;
  • aux Uvs (longue exposition au soleil) ;
  • aux chocs sur chantiers ou lors des déplacements et transports de matériel d’intervention ;
  • à l’humidité lors de l’entreprosage au sein des hangars et autre lieux dédiés au stokcage des outils de chantiers ;
  • etc.

Tous ces facteurs impliquent différents risques : corrosion, casse, atteinte à la durabilité de la peinture des barrières et de leur propriété de rétroréflexion. En effet, équipement de balisage par excellence, les garde-corps télescopiques nécessitent un habillage avec un film rétroréfléchissant. Celui-ci est censé améliorer la visibilité du matériel qu’il recouvre de jour comme de nuit. Par ailleurs, la peinture posée sur ces barrières de sécurité se doit d’être thermolaquée pour mieux résister aux intempéries. De ce fait, tout investissement effectué dans les barrières TP de regard et autre matériel de balisage doit prendre en compte leur résistance et leur durée de vie. Pourquoi ? L’objectif est de pouvoir utiliser ces équipements de balisage sur plusieurs années et dans différentes situations : chantiers, interventions rapides et temporaires, travaux, prévention en milieu industriel, etc.

Quel est le meilleur matériau pour la fabrication des barrières de regard ?

Les barrières extensibles les plus résistantes sont en acier thermolaqué. Polyvalent, l’acier est utilisé en industrie pour ses propriétés de résistance et de dureté. Ainsi, cet alliage de fer et de carbone est présent notamment dans les équipements de chantier, la signalisation routière, les rails, les automobiles ou encore les squelettes de bâtiments.

Par ailleurs, des techniques de traitement de surface permettent de renforcer la durabilité des équipements urbains et de chantiers en acier telles que le thermolaquage, la galvanisation. Aussi, dans le cas des barrières extensibles avec traitement sur mesure, le procédé de galvanisation effectué sur l’acier sert de barrière anticorrosion. Cette technique de protection survient avant l’application de la peinture ou du thermolaquage. Elle permet de prévenir la corrosion en ralentissant l’apparition des taches de décoloration et de calcination de la peinture (suite à l’exposition aux intempéries par exemple).

Enfin, l’étape du thermolaquage vient compléter les phases de soudure et de galvanisation. Le thermolaquage consiste en l’application d’une peinture en poudre par pulvérisation électrostatique. Les barrières ainsi recouvertes sur toute leur surface passent ensuite par une cuisson au four afin de fixer les particules de peinture. Le thermolaquage mis en place sur les garde-corps de regard en acier galvanisé sert de protection et de revêtement.

Il participe à la résistance aux chocs et augmente la dureté des surfaces exposées de la barrière. La couche de peinture apportée par le thermolaquage procure aux barrières traitées une protection contre la corrosion en plus de la galvanisation. Ces procédés successifs apportent des propriétés qualitatives aux garde-fous télescopiques en acier leur assurant ainsi une meilleure conservation et à terme une durée de vie de plusieurs années.

Quelles différences entre les barrières de regard en acier et en aluminium ?

Les barrières de regard extensibles existent également en aluminium. Lorsqu’elles sont fabriquées avec ce matériau elles présentent un prix plus élevé. De plus, l’aluminium étant un matériau plus fragile que l’acier, les barrières TP extensible en alu sont moins résistantes aux chocs. L’aluminium présente certes des avantages mécaniques intéressants (alliage plus souple et élastique que l’acier), cependant ces mêmes propriétés de légèreté et de souplesse le rendent moins résistant aux conditions d’utilisation et d’usage des équipements de balisage de chantiers. Les garde-corps extensibles en alliage d’alluminium comparé aux barrières TP de regard en acier se cassent plus vite, se déforment plus facilement et possèdent donc un durée de vie plus courte.

Par ailleurs, une analyse des prix des barrières de regard téléscopiques disponibles sur le marché met en avant un écart de prix conséquent entre celles en acier et celles en aluminium. Les prix des barrières extensible de regard varient entre 100 et 150 euros en moyenne. Les barrières de regard en aluminium, quant à elles, voient leurs prix évoluer dans une fourchette moyenne de 120 à 250 euros. Les barrières TP de regard en acier restent donc un investissement moins cher et plus durable lorsqu’on les compare aux équipements de protection en aluminium.

Pour conclure, lors de l’achat d’équipement de chantiers tels que les garde-corps extensibles, plusieurs critères sont à prendre en compte : type de matériau, durée de vie, coûts, etc. Ainsi, une comparaison entre les matériaux communément utilisés dans la fabrication des équipements de balisage de regards met en avant deux alliages : l’acier thermolaqué et l’aluminium. L’usage de l’acier lors de la conception des barrières extensibles de regard garantit une protection optimale contre les chocs et une grande résistance face aux intempéries. L’aluminium, plus souple que l’acier, reste un matériau moins résistant aux risques liés aux chantiers et zones de travaux. Enfin, les barrières de regard extensibles en acier présentes sur le marché de l’équipement de chantier possèdent des prix en moyenne avantageux comparé aux barrières en aluminium.

Voir notre guide d’achat des barrières de regard.

QUI SOMMES-NOUS?

Vous souhaitez en savoir plus sur nous, sur notre savoir-faire et où nous fabriquons nos produits ?

A propos

BARRIERES DE REGARD EXTENSIBLES

SUIVEZ NOUS SUR LINKEDIN

Notre entreprise

Notre PDG

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de conseils sur nos produits ? N'hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis de vous aider.

Contact