Barrières de chantier extensibles : mode d’emploi

Les barrières extensibles qu’elles soient droites ou carrées, sont utilisées dans différents chantiers et types de travaux. Leur utilisation se fait dans le cadre de travaux temporaires et sur moyen terme.

De ce fait, elles sont combinées à d’autres éléments de signalisation et de balisage temporaire. Elles sont également très utiles en usine, en entrepôt, en hangar et dans divers autres espaces professionnels.

Passons en revue les différents usages faits d’une barrière de chantier extensible en milieu urbain ou industriel.

Barrières TP et intervention sur trottoir

Les barrières de chantier sont utilisées lors d’intervention d’agents de travaux sur trottoirs pour indiquer la présence d’une zone d’intervention aux piétons. Dans ce cas de configuration, l’espace restant du trottoir doit autoriser le déplacement des piétons. Cet espace doit posséder une largeur minimale de 1 min 40 s entre les barrières et le bord des trottoirs.

Dans cette situation, les travailleurs sur chantier forment une clôture en U grâce aux barrières de chantier. Les clôtures ou barrières extensibles sont mises en place grâce aux mécanismes clipsables ou de crochets et œillets latéraux. Les panneaux qui accompagnent les barrières de chantier dans cette situation sont appelés balises K2. Elles sont accrochées dessus les barrières situées en début et de fin de la zone en travaux.

Barrières de sécurité et travaux sur trottoirs

Les barrières TP de sécurité en rouge et blanc sont utilisées en guise de protection lors de travaux sur trottoirs ou chaussées. Lors de ces interventions, les agents de chantier disposent les barrières afin de former des clôtures en U. Les barrières de chantier extensibles sont combinées à un ensemble de balises de signalisation temporaire.

Lors de travaux sur trottoirs, les balises utilisées en plus des barrières de protection sont :

  • le panneau AK5 en tête de chantier. Il permet d’informer les conducteurs de véhicules de la nécessité d’adapter leur vitesse au contexte ;
  • des cônes ou balises K5a posés entre la chaussée et le trottoir ;
  • des modules K16 en remplacement des balises K5a. Les balises K16 sont des séparateurs de voies en plastique rouge et blanc, appelés aussi baliroad, ils servent à délimiter des zones de chantiers sur voies, entre autres ;
  • deux balises K2 (appelés aussi panneaux K2) en début et fin de zone d’intervention (avec la mention « fin de chantier » dans certains cas).

Dans ce cas de configuration, l’agencement des barrières et des balises doit permettre le passage des piétons entre l’espace investi pour les travaux et les bâtiments. Enfin, lorsque les travaux en question impliquent des fouilles profondes, il est nécessaire de recourir à des palissades adaptées aux besoins du chantier.

Barrières de chantier en cas de travaux empiétant sur la chaussée et le trottoir

Lorsque le chantier empiète sur la chaussée, la disposition mise en place varie légèrement par rapport à la précédente. Les cônes K5a sont remplacés par des séparateurs de voies rouge et blanc K16. Cette disposition n’est applicable qu’en cas de largeur laissée à la circulation des véhicules supérieure ou égale à une distance de 5,50 m. Autrement, des balises supplémentaires doivent être utilisées pour prendre en charge la déviation du trajet des véhicules ou la gestion de la circulation alternée sur les voies bidirectionnelles (voir cas suivant).

Barrières de chantier et circulation alternée

Si les travaux en cours empêchent l’usage des chaussées dans les deux directions, un alternat par piquets (présence d’agents nécessaire pour le port des piquets) ou par feux doit être mis en place. La signalisation temporaire utilisée comprend en plus des balises citées précédemment des panneaux :

  • AK17 qui annoncent la présence de signaux tricolores d’alternat temporaires. Ces balises peuvent être accompagnées de panneaux KC1 indiquant la mention « Circulation alternée » ;
  • des feux KR11 ou des piquets K10 tenus par des agents.

Barrières de chantier extensibles et déviation de cheminement de piétons

L’intervention des agents de travaux peut impliquer l’investissement des trottoirs dans leur intégralité et par conséquent l’impossibilité de laisser le passage aux piétons. Le balisage de la zone investie par le chantier doit prendre en compte la déviation du cheminement des piétons. Dans cette configuration, le recours aux barrières de sécurité est complété par :

  • un panneau de chantier AK5 en tête de chantier ;
  • un marquage de couleur jaune ou blanche en début et fin de la zone en travaux ;des balises C20a (facultatives) et M3b1 à proximité des marquages au sol. Les panneaux C20a servent à indiquer un passage pour piétons. Le panonceau M3b1 sert quant à lui à indiquer la direction à suivre aux piétons ;
  • des séparateurs de voies plastique baliroad de type K16.
  • des panonceaux de chantiers K2 sont accrochées sur les barrières de protection.

Garde-fous extensibles et regards

Les barrières extensibles dites carrées ou de regard sécurisent comme leur nom l’indique les ouvertures au sol : bouches d’égouts, trous au niveau de la chaussée ou des trottoirs, ouvertures de canalisation, etc. Elles peuvent être utilisées par les agents du BTP, des travailleurs dans les réseaux de télécommunication par exemple. Posées au-dessus du lieu d’intervention, elles alertent les passants et les riverains de la présence d’un danger. Elles permettent ainsi, aux agents intervenant sur le site en question de mener leur travail en toute sérénité. Ces poses de barrières restent toutefois de très courte durée et ne sont pas adaptées à des utilisations longues ou de moyen terme.

Barrières TP extensibles en milieu industriel

En milieu industriel, les barrières TP extensibles sont utilisées dans les situations suivantes :

  • interdire l’accès à un ascenseur en panne, les barrières extensibles peuvent être remplacées dans cette situation par des barrières paravents ou dépliantes ;
  • empêcher le passage au niveau d’un local en travaux en posant la barrière extensible au niveau de la porte par exemple ;
  • séparer un garage, un entrepôt ou un hangar en deux parties distinctes ;indiquer une interdiction de passage temporaire à l’entrée d’un site industriel ;
  • etc.

Les barrières extensibles, par leur taille et leur légèreté, peuvent être utilisées en intérieur sans encombre. De plus, leur capacité à être pliées permet de les déplier en fonction de l’espace disponible.

En conclusion, les barrières de chantier extensibles ou simples relèvent de la signalisation temporaire. On les retrouve au sein de zones de travaux accompagnées des signaux de chantiers et routiers temporaires. La combinaison de balises et de panneaux utilisée varie en fonction des situations (travaux sur chaussée, sur trottoirs, etc.). Selon la situation, l’utilisation des balises de chantier requiert la constitution de clôtures en assemblant celles-ci grâce aux œillets et crochets latéraux qu’elles possèdent. En milieu industriel (usines, garages, entrepôts, etc.) les barrières de sécurité autorisent grâce à leur taille la protection des employés en leur signalant la présence de dangers temporaires au sein des locaux de travail. Le choix des dimensions de ces barrières dépend donc des cas d’utilisation et de vos besoins. Vous pouvez vous tourner vers votre fournisseur de matériel de chantier pour de plus amples informations.

QUI SOMMES-NOUS?

Vous souhaitez en savoir plus sur nous, sur notre savoir-faire et où nous fabriquons nos produits ?

A propos

BARRIERES DE CHANTIER EXTENSIBLES

SUIVEZ NOUS SUR LINKEDIN

Notre entreprise

Notre PDG

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de conseils sur nos produits ? N'hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis de vous aider.

Contact