Les panneaux K5c et les différents types de balises temporaires en France

Les travaux sur voies circulées exposent les travailleurs et les usagers à des risques majeurs. En France, une signalisation temporaire doit être mise en place sur les chantiers sous circulation. Elle doit également prévaloir sur la signalisation permanente. Le but de cette installation temporaire est d’alerter les usagers à modifier leur comportement et les guider en utilisant notamment des balises d’alignement appelées « balise k5c« .

La signalisation routière temporaire suit à la fois les principes qui régissent la signalisation routière en général, mais elle se voit également appliquer ses propres principes complémentaires. Les signaux routiers temporaires sont reconnaissables à leur couleur généralement à fond jaune ou rouge et blanc pour les signaux de position.

Le positionnement de la signalisation temporaire suit l’ordre dans lequel l’usager la rencontre : signalisation d’approche, suivie par la signalisation de position et enfin les panneaux de prescription

La signalisation temporaire d’approche

Tout chantier ou zone de danger temporaire doit comporter une signalisation dite d’approche. Une exception peut être faite lorsque le danger est de faible importance et qu’il n’empiète pas sur la chaussée ainsi que dans le cas des chantiers mobiles concernant les routes bidirectionnelles. Les panneaux regroupés dans la catégorie de signalisation temporaire d’approche englobent les :

  • balises de type B et les balises K10, KC1, KR11j, KR11v. Elles sont dites de prescriptions ;
  • panneaux de type KC et KD. Facultatifs, ils représentent la signalisation d’indication ;
  • panneaux de danger de type AK.

Ces signaux sont placés en amont du chantier ou de la zone à délimiter. Ils informent l’usager de la proximité d’une zone de travaux ou d’un danger temporaire. En ce qui concerne l’ordre de pose de ces signaux : les panneaux de prescription doivent être précédés de la signalisation de danger (panneau de type AK).

Les balises temporaires dites d’alignement ou k5c

Les panneaux ou balises d’alignement (codifiées K5c en France) sont des panneaux de signalisation verticale de forme rectangulaire. Ils sont composés de bandes rouges et blanches inclinées. La pente des bandes doit être orientée vers le sol.

Les balises K5C peuvent comporter à leur sommet un feu de balisage lumineux. Ces panneaux temporaires permettent de signaler la position d’un chantier, de travaux et tout obstacle temporaire sur la voie publique. Les usagers des voies publiques concernées (piétons, cyclistes, automobilistes, etc.) sont invités en la présence de ces balises à adapter leur comportement à la situation. Sur une route bidirectionnelle, ces balises sont double face (gauche/droite).

Les panneaux et dispositifs de position temporaires

Cette catégorie de panneaux et balises regroupe à la fois les balises k5c et la signalisation permettant de délimiter une zone où interviennent des agents. Elles permettent de placer une barrière physique qui protège à la fois les usagers de la voie publique et les travailleurs sur un chantier par exemple. Les balises de cette catégorie doivent être obligatoirement fluorescentes et rétroréfléchissantes. Les caractéristiques et rôles de ces balises sont :

  • K5a : il s’agit d’un cône possédant deux bandes blanches rétroréfléchissantes. Sa hauteur peut être de 500, de 700 ou de 1000 mm. Elle sert de balisage d’urgence et de position. Elle peut être complétée par des panneaux B21a1, B21a2 ou K8 ;
  • K5b : le rôle de cette balise est de signaler un danger ou un chantier sur accotement. Elle est composée d’un rectangle divisé en deux carrés rouges et un carré blanc rétroréfléchissant. Le support de ce rectangle est un piquet de 1100 mm de hauteur ;
  • K5c : cette balise délimite les zones de chantier ou de danger. Elle possède une forme rectangulaire verticale. Elle est généralement composée de polyéthylène haute densité ou de métal. Visuellement, on la reconnaît à l’alternance de ces trois bandes rouges et deux bandes blanches rétroréfléchissantes inclinées à 45°. La pente de l’inclinaison est dirigée vers la voie laissée à la circulation ;
  • K5d : de couleur jaune, cette balise routière de guidage est une balise de signalisation temporaire sur laquelle sont collées deux bandes réfléchissantes ;
  • K1 : ce signal routier prend la forme d’un fanion (petit drapeau) de 500 mm x 400 mm fixés sur une hampe (tige) de 1000 mm. Il est utilisé sur les passages à niveau sans barrières. Il permet également d’indiquer les obstacles d’importance faible ;
  • K10 : ce panneau est composé d’un disque à deux faces, une verte et un panneau B1 (sens interdit) et d’une hampe ou un piquet cornière. Les diamètres des disques sont de 320 mm ou 500 mm ;
  • K2 : ce panneau est un rectangle horizontal à face unique ou double face. Le recto est composé d’un damier de trois carrés rouges et de quatre carrés blancs. Le verso présente la mention « Fin de chantier » si la balise est placée sur un chantier. Ce signal peut être accroché à une barrière ou avoir son propre socle ;
  • K8 : cet élément de balisage permet de mettre en avant les virages, les déviations et les rétrécissements ponctuels de la chaussée. Il est composé d’un monochevron rouge sur fond blanc ou de cinq chevrons rouges sur fond blanc ;
  • K14 : il s’agit d’une guirlande, appelée aussi rubalise. Elle peut être en tissu ou en plastique à deux couleurs (orange et blanc, rouge et blanc, rouge et jaune, jaune et orange) ;
  • K16 : cet élément de signalisation remplit le rôle de séparateur de voies et de signal de guidage. Il s’agit de modules de couleur blanche, jaune, rouge, ou orange posés directement sur le sol. Les deux faces portent obligatoirement un composé rétroréfléchissant d’une surface minimale de 90 cm².

Les panneaux temporaires de fin de prescription

La signalisation dédiée à la fin de prescription est obligatoire lorsqu’en amont du chantier on retrouve une signalisation de prescription. La signalétique de fin de prescription est placée en aval du chantier. Les panneaux constituant cette signalétique sont :

  • B31 qui met fin à la totalité des interdictions mises en place précédemment et s’appliquant aux véhicules en mouvement ;
  • B3 qui lève la limitation de vitesse imposée dans la zone délimitée par la signalisation temporaire ;
  • B34 désigne la fin de l’interdiction de dépasser.

Les panneaux de fin de prescription sont placés à environ 30 m après la fin du chantier en milieu urbain et 50 m en milieu extra-urbain.

Enfin, il est à noter que la signalisation temporaire présente sur un chantier doit être rétroréfléchissante (au minimum de classe T1).

Les panneaux nécessitant d’être de classe T2 sont :

  • ceux placés sur les routes à chaussées séparées ;
  • le premier panneau AK sur routes bidirectionnelles.

Les dimensions des panneaux utilisés de façon temporaire entrent dans la gamme normale pour les routes bidirectionnelles et grande pour les routes à chaussées séparées. La disposition des balises temporaires suit un plan d’implantation soumis par le gestionnaire de la voirie. Elle variera selon la nature du chantier ou du danger (fixe, mobile, nécessitant un détournement de circulation ou faisant suite à une situation de danger). Une fois les balises mises en place, il est nécessaire de valider par écrit cette même disposition par le surveillant de travaux. La pose et la dépose de cette signalisation sont des opérations à effectuer sous couvert d’un véhicule d’intervention.

QUI SOMMES-NOUS?

Vous souhaitez en savoir plus sur nous, sur notre savoir-faire et où nous fabriquons nos produits ?

A propos

PANNEAUX ET BALISES K5C

SUIVEZ NOUS SUR LINKEDIN

Notre entreprise

Notre PDG

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de conseils sur nos produits ? N'hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis de vous aider.

Contact