Comment implanter une balise ou un panneau K5C ?

La signalisation routière temporaire est destinée à indiquer aux usagers de la route la nature, l’ampleur et la position des obstacles rencontrés.

Elle est subdivisée en trois sous-catégories, que ce sont la signalisation d’approche, suivie de la signalisation de position puis de la signalisation de fin de prescription.

La balise k5c est implantée dans la zone à signaler et à baliser en tant que signalisation de position. Le modèle choisi et l’implantation des panneaux dépendent du danger que présente la zone à signaler, de l’intensité de la circulation en termes de débit et de vitesse de véhicules et du niveau d’encombrement de la chaussée.

Un modèle de balise k5c pour chaque configuration de zone

Avant de déterminer où implanter le panneau d’alignement K5C, il faut déterminer quel modèle de balise convient à la configuration de la zone de chantier ou de danger. Sino Concept propose cinq modèles de panneaux de balisage K5C différents. Chaque modèle est conforme à la règlementation sur le revêtement rétroréfléchissant dont doivent être munis tous les panneaux de signalisation temporaire.

Le film rétroréfléchissant présente une alternance de bandes rouges et blanches inclinées à 45° vers le sol, qui signalent la voie libre à la circulation. Il peut être de classe 1 ou de classe 2, selon la qualité de finition souhaitée et la distance à laquelle la balise devra être visible par les usagers de passage sur la route.

Sur routes bidirectionnelles en agglomération et hors agglomération, comme sur routes à chaussées séparées, il faut déterminer lequel des cinq modèles convient à la bonne indication de la voie de circulation à emprunter, afin de veiller à ce que les automobilistes puissent contourner la zone d’obstacles en sécurité et sans risque de collisions avec d’autres véhicules. Sino Concept produit les balises K5C de type :

  • simple face aux bandes orientées vers la gauche, pour un panneau placé à droite de la chaussée à emprunter et visible dans l’unique sens de circulation ;
  • simple face aux bandes orientées vers la droite, pour un panneau placé à gauche de la chaussée à emprunter et visible dans l’unique sens de circulation ;
  • double face aux bandes orientées vers la gauche de chaque côté, pour une balise placée à droite de la chaussée à emprunter et visible dans les deux sens de circulation ;
  • double face aux bandes orientées vers la droite de chaque côté, pour une balise placée à gauche de la chaussée à emprunter et visible dans les deux sens de circulation ;
  • double face aux bandes orientées vers la gauche sur un côté et vers la droite sur l’autre, pour un panneau placé au milieu de la chaussée et visible dans les deux sens de circulation.

D’un point de vue technique, pour poser une balise K5C il suffit de l’emboîter dans un socle en caoutchouc ou PVC recyclé qui sert de lestage au panneau. Elle dispose d’une poignée sur le côté afin de faciliter sa manutention par le personnel de chantier. La balise K5C est donc légère et ergonomique, permettant aux agents de l’implanter rapidement et en toute sécurité.

L’implantation de la balise k5c au sein de la zone à signaler

Le panneau K5C comme signalisation temporaire de position

La signalisation de position intervient après la signalisation d’approche qui elle-même est installée à au moins 200 mètres de l’obstacle. Pour un balisage optimal de la zone dangereuse, la signalisation de position doit être placée à proximité immédiate de cette dernière. S’il s’agit d’un chantier fixe, elle se trouve sur l’accotement ou sur la chaussée si le chantier empiète sur celle-ci. S’il s’agit d’un chantier mobile, alors les signaux seront placés à bord des engins de chantier.

La signalisation de position est réalisée par le biais de trois dispositifs différents qui composent :

  • le balisage frontal ;
  • le balisage longitudinal ;
  • le balisage de fin de chantier.

L’implantation du panneau ou balise K5C concerne la signalisation frontale et longitudinale, c’est-à-dire que la balise sera placée tout autour de la zone de chantier ou d’obstacle, à son origine et sur toute sa longueur. Les panneaux sont espacés de 10 m en milieu urbain, de 100 mètres sur routes bidirectionnelles et de 200 mètres sur routes à chaussées séparées. L’implantation des panneaux doit être réalisée de telle sorte qu’au moins 6 mètres de largeur de route soient disponibles à la circulation des véhicules.

Lorsque la zone d’obstacle ou de chantier empêche l’utilisation d’au moins une voie de circulation, alors il y aura création de biseaux de raccordement sur la chaussée. Si ce sont deux voies ou plus qui sont neutralisées à cause de l’empiètement de la zone, alors il y aura création de deux biseaux séparés par un alignement droit. Ces biseaux sont utiles pour que les automobilistes puissent anticiper le rétrécissement de chaussée et que la voie soit retirée progressivement de la circulation. Les biseaux sont effectués notamment par le biais des balises de type K5C.

Une implantation temporaire qui s’avère parfois contraignante

Lors de l’implantation des balises K5C et des autres signaux d’indication temporaire , de nombreux facteurs contraignants font surface. Ils peuvent par exemple être liés à une zone à signaler configurée de manière inadéquate qui risque de surprendre les usagers, ou bien à des produits de signalisation en grand nombre qui engendrent un surplus d’informations difficile à intégrer pour les usagers. Afin que les accessoires de signalisation temporaire soient lisibles, compréhensibles et qu’ils ne constituent pas un danger, il est possible de déroger à la règlementation d’implantation des panneaux dans les zones compliquées.

Ces difficultés d’implantation sont plus courantes en milieu urbain. En agglomération, les rues étroites, à sens unique, les places de stationnement ou encore le mobilier urbain sont autant de facteurs de gêne qui amènent les agents de travaux à repenser le balisage des chantiers. Aussi, le passage de piétons, de deux roues et de cyclistes en milieu urbain rend le balisage et la signalisation de la zone de danger d’autant plus importants pour leur assurer sécurité et protection.

Pour remédier à une implantation difficile, il est alors possible de réduire la distance entre les balises K5C tant que celle-ci reste de 10 mètres minimum. Les panneaux peuvent également être répétés de chaque côté de la chaussée sur les routes unidirectionnelles et bidirectionnelles, ou sur un terre-plein central dans le cas de routes à chaussées séparées par des barrières.

Concernant l’implantation des panneaux sur les trottoirs en milieu urbain, elle doit être effectuée à au moins 0,50 mètre du bord de la chaussée et doit laisser une largeur disponible pour les piétons d’au moins 0,90 mètre. Si cela n’est pas réalisable, alors les panneaux peuvent exceptionnellement être fixés sur des poteaux ou supports en bordure de trottoir ou sur la chaussée en dernier recours.

QUI SOMMES-NOUS?

Vous souhaitez en savoir plus sur nous, sur notre savoir-faire et où nous fabriquons nos produits ?

A propos

PANNEAUX ET BALISES K5C

SUIVEZ NOUS SUR LINKEDIN

Notre entreprise

Notre PDG

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de conseils sur nos produits ? N'hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis de vous aider.

Contact