Les ralentisseurs à installer sur voie privée : quelles spécificités ?

Il n’existe pas un type de ralentisseur routier, mais des dizaines de modèles différents. Distinction faite entre les ralentisseurs pleinement intégrés à la chaussée et les ralentisseurs en caoutchouc ou PVC à poser, on peut encore diviser ces dispositifs routiers en sous-catégories.

Parmi elles, on trouve les ralentisseurs pour voies privées. Ils se distinguent par exemple des coussins berlinois, ces larges ralentisseurs rouges que l’on voit souvent aux abords des écoles.

Mais en quoi se différencient-ils exactement ? On vous explique tout ce qui fait la particularité d’un ralentisseur pour voie privée, comment le reconnaître et à quelle règlementation il se rapporte.

Les caractéristiques des ralentisseurs pour voies privées

Plusieurs éléments permettent de distinguer un ralentisseur pour voie privée d’un autre ralentisseur. Cela tient notamment au code couleur, aux dimensions ou encore à l’implantation de ces ralentisseurs. Voyons plus en détail ce qui caractérise cet équipement de sécurité !

L’aspect visuel des ralentisseurs de voie privée

Le premier élément distinctif de ce type de ralentisseur est leur couleur. La grande majorité d’entre eux sont en effet jaunes et noires. Il peut s’agir d’un bloc complet avec des bandes diagonales de couleurs ou de plusieurs blocs encastrables, avec alternance d’un élément noir et d’un élément jaune.

Ils sont généralement dotés de réflecteurs de chaque côté, assurant ainsi la meilleure visibilité possible de jour comme de nuit. En installant de tels dispositifs, l’idée est en effet de garantir la sécurité de tous les usagers de la route en question. Il est donc impensable de « surprendre » les automobilistes ou les chauffeurs routiers avec un ralentisseur mal visible.

À savoir qu’il existe aussi des ralentisseurs pour voie privée rouges et blancs, mais ils sont bien plus rares.

L’usage de ces ralentisseurs d’un genre un peu particulier

Le ralentisseur pour voie privée peut être installé pour répondre à des objectifs divers et dans des zones très variées. Il n’a pas vocation à réguler le trafic routier sur les voies publiques, mais à faire ralentir les véhicules dans des zones assez restreintes et souvent fréquentées. Il peut ainsi être implanté dans des parkings souterrains, des résidences, des entrepôts, des entrées de cliniques, des zones industrielles, au niveau d’un passage piéton sur un parking de supermarché, etc.

En fonction de leur conception et de leur emplacement, ces ralentisseurs serviront à limiter la vitesse des automobilistes pour protéger les piétons, à obliger les conducteurs à ralentir pour vérifier que leur véhicule passe sous le portique d’un parking ou encore à éviter de prendre une voie en sens inverse (ralentisseur anti-recul).

La diversité des modèles au sein de cette gamme de ralentisseurs

Contrairement aux coussins berlinois qui se ressemblent au niveau du design, les ralentisseurs pour voie privée se déclinent sous une multitude de formes :

  • modèle monobloc, blocs encastrables ou ralentisseur pliable ;
  • hauteur variable, généralement 5 ou 7 cm, pour limiter la vitesse à 10, 20 ou 30 km/h ;
  • format longitudinal, circulaire ou trapézoïdal ;
  • avec ou sans système passe-câbles ;
  • conçu en caoutchouc ou en PVC, et plus rarement en acier ;
  • ralentisseur permanent ou temporaire, à installer par exemple lors d’un chantier ;
  • avec ou sans marquage fléché, etc.

Grâce à cette variété de modèles, il est facile pour des entreprises, des résidents ou des collectivités de trouver un ralentisseur qui conviendra parfaitement aux dimensions de la voie, au type de véhicules qui y circulent et à leur poids, au revêtement du sol, à la vitesse maximale souhaitée, etc.

Le mode d’installation du ralentisseur pour zone privée

Les ralentisseurs pour les voies privées ont l’avantage d’être des produits très faciles et rapides à installer. Quel que soit le type de sol (béton ou enrobé), il suffit de les poser puis de les ancrer à l’aide du kit de fixation adapté. Avec quelques chevilles et boulons, le ralentisseur est solidement implanté et peut rester ainsi pendant plusieurs années sans bouger. Les modèles les plus faciles à installer sont les ralentisseurs monoblocs : une fois posés à l’endroit souhaité, il n’y a plus qu’à fixer. Avec les ralentisseurs composés de plusieurs modules, comme c’est aussi le cas avec le coussin berlinois, il faut veiller à bien encastrer chaque composant pour assurer la solidité et la longévité de l’équipement.

Il existe également des ralentisseurs passe-câble qui ne requièrent aucune fixation ; ils sont simplement posés au sol. Cependant, ce type de ralentisseur n’est pas destiné à un usage permanent et doit uniquement être utilisé de façon temporaire. Cela peut être lors d’un festival, d’une foire, de travaux d’aménagement, etc.

En bref, le ralentisseur pour voie privée est un dispositif à poser ou à fixer, qui ne nécessite pas de travaux conséquents, comme cela peut-être le cas lors de la construction d’un plateau ou d’un dos d’âne par exemple.

Les interdictions et la règlementation autour de ce type de ralentisseurs

Pratiques, variés et à prix abordables, les ralentisseurs pour voies privées ont bien des avantages. Néanmoins, il faut savoir qu’ils ne peuvent pas être installés librement n’importe où. Leur particularité est d’être bel et bien réservés à des zones privées. Ils sont donc interdits sur n’importe quelle voie publique, car dans ce cadre, les ralentisseurs obéissent à des normes bien précises. Ceci dans le but de garantir l’uniformité des ralentisseurs sur le territoire et de ne pas endommager les véhicules qui circulent en agglomération.

Mais même dans une zone privée, les ralentisseurs sont soumis à quelques principes de bon sens ! En effet, même si le décret du 27 mai 1994 (règlementation afférente à l’implantation des ralentisseurs) concerne les ralentisseurs sur la voie publique, les règles qui y sont édictées servent de socle pour bien installer des ralentisseurs dans une zone privée. S’il n’y a pas d’obligations formelles à les appliquer, leur non-respect peut entraîner des poursuites en cas d’accident corporel ou de dommage sur le véhicule. Voici quelques préconisations à retenir lors de l’installation de ralentisseur sur une voie privée :

  • mise en place d’un panneau de signalisation vertical et d’un marquage au sol plusieurs mètres en amont du ralentisseur, et éventuellement d’un panneau indiquant la vitesse maximale autorisée pour passer sur le ralentisseur sans danger ;
  • pas d’installation de ralentisseurs dans les pentes, dès lors que la déclivité dépasse 4 % ;
  • pas d’implantation de ralentisseurs dans une zone de passage de services d’urgence, comme les voies de pompiers ou les entrées d’urgence hospitalières par exemple ;
  • utilisation de ralentisseurs dont la hauteur ne dépasse pas 7 cm et dont la largeur et la longueur sont adaptées à la vitesse de circulation et aux types de véhicules.

Dans tous les cas, il peut être judicieux de demander l’avis d’un expert juridique ou du fabricant des ralentisseurs, afin d’être certain que l’implantation améliore la sécurité de tous et ne peut être remise en cause.

QUI SOMMES-NOUS?

Vous souhaitez en savoir plus sur nous, sur notre savoir-faire et où nous fabriquons nos produits ?

A propos

RALENTISSEURS ROUTIERS

SUIVEZ NOUS SUR LINKEDIN

Notre entreprise

Notre PDG

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de conseils sur nos produits ? N'hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis de vous aider.

Contact