Coussin berlinois VS dos d’âne

Installés pour limiter les risques liés à la vitesse, les coussins berlinois et les dos d’âne sont des équipements de voirie utilisés pour faire ralentir les automobilistes.

Et dans les zones où la vitesse présente des dangers, des aménagements sont nécessaires pour réduire la vitesse, comme nous l’expliquons dans notre article différents types de ralentisseurs.

Mais quel est le matériel le plus adéquat aux besoins des collectivités, coussin berlinois ou dos d’âne ?

Rappel : la différence entre un coussin berlinois et un dos d’âne

En réponse à vos questions, le coussin berlinois en caoutchouc est un ralentisseur de voirie conçu pour la sécurité routière, dans l’objectif de sécuriser les chaussées pour les piétons et les cyclistes aux abords des écoles, hôpitaux et zones commerciales.

C’est un type de ralentisseur notamment installé dans les zones 30 mais contrairement au « dos d’âne », il ne s’étend pas sur toute la chaussée. Ces deux dispositifs de ralentissement sont reconnus comme des facteurs réduisant les accidents en agglomération, car ils n’inciteraient pas les automobilistes à reprendre de la vitesse après l’affranchissement.

Cependant, la responsabilité de l’aménagement des voiries revient aux collectivités. Ci-dessous un tableau comparatif pour connaître les avantages et inconvénients des deux dispositifs. Le coussin berlinois est également une alternative privilégiée au ralentisseur de type trapézoïdal en enrobé.

Comparatif : quel est l’outil le plus adapté aux besoins des collectivités ?

Dommages sur les véhicules

Coussins berlinois : Les coussins de voiries comme ceux que nous fabriquons sont produits avec 90 % de caoutchouc recyclé, ce qui cause peu de dommages sur les véhicules : le caoutchouc permet un contact plus souple que les dos d’âne en enrobé.

Dos d’âne : Beaucoup plus rigides que les coussins berlinois en caoutchouc, les ralentisseurs en enrobé représentent de véritables épreuves pour les pneus et châssis des voitures.

Résistance du matériel

Coussins berlinois : Le caoutchouc est un matériau résistant au soleil et à l’humidité. De plus, il limite les risques de fissure ou de déformation. Il rend aussi ce dispositif de ralentissement léger et facile à transporter.

Dos d’âne : L’enrobé est résistant, mais c’est un matériau lourd, cher et qui a un très fort impact environnemental.

Nuisances sonores

Coussins berlinois : Si la limitation de vitesse à 30 km/h est respectée par les véhicules, le risque de nuisances sonores liées liés au coussin est très limité.

Dos d’âne : Le dos d’âne étant souvent plus haut que les coussins berlinois. Les nuisances sonores ainsi dues à la reprise de l’accélération après le franchissement du ralentisseur sont beaucoup plus marquées.

Facilité de circulation

Coussins berlinois : Le coussin berlinois est une surélévation implantée sur la chaussée, mais ne force pas les transports en commun ou véhicules de pompiers à ralentir. Il permet également aux cyclistes et deux-roues de les contourner sur le côté pour éviter les risques de chutes.

Dos d’âne : Leur surélévation crée une secousse plus agressive pour les véhicules car les conducteurs doivent ralentir jusqu’à un arrêt quasi-complet pour les franchir en toute sécurité. Ils sont aussi inévitables pour les camions de pompier ou ambulances qui doivent parfois passer en urgence.

Difficulté d’installation

Coussins berlinois : Les ralentisseurs berlinois sont très faciles d’installation. Il suffit simplement de les fixer sur la chaussée à l’aide de vis.

Dos d’âne : Une installation en enrobé requiert beaucoup de main d’œuvre et de temps pour finaliser la pose.

Respect des normes et réglementations

Coussins berlinois : L’implantation d’un coussin berlinois doit suivre des recommandations établies par le CEREMA, notamment en termes de signalisation, de dimension et de marquage au sol. Ce type de ralentisseur en caoutchouc doit également répondre aux exigences concernant le coefficient SRT, c’est-à-dire le niveau de résistance au glissement.

Dos d’âne : Souvent jugés comme étant hors normes ou illégaux, les dos d’ânes sont pourtant également soumis à des normes et réglementations. Mais il semblerait que 30% de ralentisseurs ne respectent pas les recommandations.

Prix et budget

Coussins berlinois : L’avantage est à nouveau donné au coussin berlinois, car ce dispositif est très peu peu coûteux. De plus, les frais de maintenance du coussin berlinois sont quasi inexistants. Bien que comme tout équipement routier, ce type d’aménagement doit être régulièrement surveillé et entretenu.

Dos d’âne : Les coûts des dos d’âne sont plus élevés. Et leur installation nécessite souvent une circulation alternée, voire une déviation. Ces installations temporaires parfois nécessaires pendant toute la durée de la construction du dos d’âne peuvent d’autant plus s’avérer coûteuses.

BILAN

C’est sans hésitation le coussin berlinois qui remporte le duel ! Les coûts d’installation, l’utilisation du caoutchouc ainsi que les avantages qu’il présente pour la sécurité de la circulation en font un équipement de voirie indispensable à toute collectivité.

QUI SOMMES-NOUS?

Vous souhaitez en savoir plus sur nous, sur notre savoir-faire et où nous fabriquons nos produits ?

A propos

COUSSINS BERLINOIS

SUIVEZ NOUS SUR LINKEDIN

Notre entreprise

Notre PDG

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de conseils sur nos produits ? N'hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis de vous aider.

Contact